Blog fr_FR

Artifices, Juillet 21 fr_FR

Artifices, Juillet 21

Étincelle sur Bellecour » – HsT/ 2021

On y est. Je veux dire: nous sommes bel et bien en été. Le quatorze juillet se profile pour réconcilier sous sa houlette les tricolores de toutes les couleurs. Les élections ont fait long feu et les crampons ont été raccrochés sans que la zizanie ne s’installe. C’est déjà un point positif. La petite reine aspire encore l’asphalte pour quelques jours et le mont Ventoux est en tête de gondole pour la caravane qui passe sans faillir. Je me rappelle du temps où partir en vacances consistait à regarder les paysages plaisants de la France d’en bas vue d’en haut sur le petit écran  cathodique du voisin. Chaque image enrubannée par la cohorte du peloton comme un paquet cadeau nous semblait féérique. Pas de nostalgie:  je viens de porter mon vélo à régler car je projette de l’enfourcher avec régularité dès septembre. J’espère des passages de pignons doux et une fonte de brioche. Rien n’est moins sûr mais je vous tiendrai au jus.
Avant d’aller mettre les pieds dans l’eau, je vous souhaite un bel été de découvertes et, surtout de joies.
Bleu indigo ou blanc comm’ le lilas
Rouge coqu’licot peu importe leur état
elle peint ses ongles en totale liberté
bouclier vif de de son identité
PS: Pour obtenir votre exemplaire du tapuscrit actuel de « Ce qui nous lie » – soit 440g en 236 pages au format A5 rédigées de ma plume – vous pouvez m’adresser par courrier 2 timbres de 5,91 € chacun. L’un de ces timbre servira à vous expédier le livre, l’autre à en expédier un en quête d’éditeur. Du troc collaboratif en quelque sorte! Marc HANNIET, 12 rue Ste Marguerite 69110 STE FOY LES LYON.

Expositions


MORESTEL, Espace Pictur’halles 11 juin au 25 juillet
Juillet: du mardi au dimanche – Entrée libre de 14h30 à 18h30
Je serai présent le SAMEDI 10 juillet après-midi

LYON, Marché de la création de Lyon
Quai Romain Rolland – de 9h00 à 13h30
Dimanches 11 et 18 juillet

Atelier
Selon vos souhaits sur RdV au 06 20 22 84 07
12 rue Ste Marguerite – Ste Foy lès Lyon


Listes à gogo

Extrait de « Ce qui nous lie » – Marc HANNIET – Tapuscrit 2021 – p10

Que sommes-nous ? Des collectionneurs d’expériences. Bien que l’expérience soit une chose très personnelle, on se donne du mal pour partager nos expériences. On s’acharne à cette fin. Collectivement et individuellement. Les livres, les écoles, les musées, les théâtres, les films, le net (la liste exhaustive serait longue) sont des dispositifs de partage d’expériences. Mais en réalité on ne fait que l’expérience du partage de l’expérience d’autrui. L’expérience vraie réside dans le vécu. C’est une chose exclusivement personnelle. Une trace chimique qui s’agrège à la physiologie de notre mémoire. Les cailloux blancs du petit poucet. Nous collectionnons des accessoires matériels pour meubler les espaces que nous fréquentons mais que conservons-nous de nos vies ? Des bribes de vécu. Des enregistrements émotionnels. Des petits cailloux qui nous ramènent à domicile, dans notre abri de chair, au creux intime de nous-même, au plus près de notre ego.

Ces fragments mémoriels sont faits de goûts, de sons et d’émotions. Elles se connectent les unes aux autres au sein d’une maison commune, notre vie. Cet espace aux multiples dimensions est inféodés à nos sens physiques, bien entendu, mais également à des concepts et à des objets. Du café brûlé, un bonbon acidulé, le bruit des vagues, un sapin sous la neige, du sable entre les orteils. L’amour, la liberté, la colère. Un quai de gare, un piano, un vélo, des patins à roulettes, une Vespa, un ours en peluche, un clavier tactile. Un désir d’aimer, de construire ou l’inverse.

Prévert en a fait de belles listes. Par parenthèse, quand j’entends quelqu’un dire « je pourrais vous en faire une liste à la Prévert » pour se donner contenance, je souris. Je dodeline de la tête mais pas plus. Car, non, il ne pourrait probablement pas. C’est un tantinet prétentieux de s’en croire capable. Rendre percutante et poétique une énumération requiert une habileté rare. Jacques Prévert l’avait. Mais ce n’est pas grave, on comprend. Mon interlocuteur veut simplement dire : une longue liste.

Pour en revenir à ma liste des dimensions qui interconnectent nos souvenirs, je ne peux pas les nommer toutes. Ce n’est pas possible. Chacun a ses propres listes. Chacun a sa culture. Ce sont les passions qui nous gouvernent. C’est elles qui charpentent nos listes.«