News - Evénements

Novembre 18, On nous dit d’aller vite

Novembre 18, On nous dit d’aller vite

Les commémorations, au fil des années, changent de ton. Elles changent également de sens. On commence par célébrer les braves qui sont morts au combat. Dès qu’on prend conscience qu’ils sont vraiment morts, on se met à honorer les braves qui sont encore en vie. Quand ils finissent par mourir, on en vient à célébrer la paix. C’est beaucoup plus abstrait. Beaucoup plus difficile. On célèbre rarement les pacifistes, ce sont des personnes qui défilent très mal. Il y a beau avoir des conflits tout autour de la terre, ceux qui veulent célébrer ces fins de guerres ont tendance à faire la morale à ceux qui vivent en paix. Ils soulignent la chance qu’ils ont d’évoluer dans un espace pacifié en les priant de bien vouloir tempérer tous leurs désirs par une sorte d’humilité. Globalement, on se contente de fabriquer des armes et d’aller s’en servir ailleurs. Pour mieux les vendre. La guerre, on n’arrête jamais de la construire. Pas simplement parce que ce serait le moyen de préparer la paix, c’est juste que les enfants aiment ça, jouer à la guerre. Et certains ne vont pas à l’école.

Au cours du week-end dernier, j’ai rencontré une jeune étudiante, Russe. Elle vient d’une grande ville où l’enfant du pays, Kalachnikov, possède sa statue en bronze. C’est le monument le plus visité du lieu. Elle a une quinzaine d’année, beauté slave en pleine éclosion. Colombe. Elle est fière de sa ville. Elle voyage, s’instruit, apprend les langues. La liberté tient à quelque chose comme ça. Se déplacer où on le veut dans l’espace et dans la pensée. Aller librement, parler librement. Vivre en paix n’est pas tout. Il faut pouvoir vivre en liberté. Ce sont des concepts distincts et qui sont souvent bêtement associés. Quand je scrute l’horizon, je vois de plus en plus de gens applaudir à l’idéal de la paix forgée au bruit des bottes et de la prospérité réservée aux natifs. Brésil, USA, Hongrie, Algérie l’ont en partage par les urnes. Talon d’Achille de la démocratie. Parler géopolitique avec l’étincelante Russe n’aurait pas été convenable. Je lui ai montré mes encres et promis de lui faire parvenir mon prochain carnet. Elle m’a offert un stylo. Touché. Sur le capuchon, une image de la statue de Kalachnikov. Pouvais-je écrire à un autre propos?

Merci de votre lecture et à bientôt,


Agenda


IRIGNY – SEMAPHORE – « Le geste à nu » | Du 4 au 21 décembre 2018

L’Atrium du Sémaphore est grand. Je vais donc en profiter pour accrocher des oeuvres de très grand format. Certaines n’ont jamais été exposées et ont survécu à de vingt ans de réclusion dans un grenier ouvert aux intempéries. Elles ont résisté et seront là pour étonner. Sur le mur latéral, j’accrocherai également une sélection d’encres en ajoutant, pour parfaire le titre de cet accrochage une poignée d’encres abstraites de grand format.

Vernissage: Vendredi 7 décembre à 18h30 (ouvert à tous)
Expo du 4 au 21 décembre 2018
Entrée libre – Du mardi au vendredi, 9h-12h / 14h-17h
et pendant l’accueil des spectacles
Sémaphore-Théâtre d’Irigny
Rue de Boutan,  69540 Irigny

DIJON – CAISSE D’EPARGNE – « L’économie du geste » | Du 11 décembre 2018 au 7 mars 2019

Dans ce vaste et bel espace, vous pourrez voir et acheter des oeuvres de trois périodes distinctes dans mon travail. En parcourant les trois alcôves, vous remonterez le temps. Après les encres les plus récentes, vous verrez les toiles oniriques nées en 2004 puis les paysages et les natures mortes peintes à l’huile au siècle dernier (déjà?!). Ainsi, vous pourrez mesurer combien l’allègement du geste a contribué à forger mon style.

Cocktail inaugural le jeudi 13 décembre (Contactez-moi pour recevoir l’invitation)
Entrée libre aux horaires d’ouverture de l’accueil
Caisse d’Epargne – Siège régional de Bourgogne Franche Comté
1 Rond-Point de la Nation
21088 DIJON

LYON, Marché de la création

Dimanche 18 Novembre
Dimanche 23 Novembre
Dimanche 2 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Dimanche 16 Décembre

PHILADELPHIE (USA)

Galerie Carré d’artistes
USA- 104 S. 13TH Street
Philadelphia, PA 19107


On nous dit d’aller vite, Chanson (2012)


1- On nous dit d’aller vite, de doubler dépasser
les autres et nos limites, quitte à se fracasser
sur le mur du racisme mâtiné de civisme
de religion, de mœurs, de rang et de couleur
Mais où va-t-on ? Mais que fait-on ?
D’accord d’accord, messieurs les présidents
y’a pas d’argent pour tous les gens
qui vous emmerdent un peu
à vouloir vivre
loin de chez eux
ici, sans y être invités
Alors que faire ?
Pourquoi pas juste un truc du genre,
« Les femmes et les enfants d’abord »

2- On nous dit tout est beau gratuit en liberté
vague effet placebo mensonge en vérité
Maquillage du racisme mélangé au civisme
aux religions, aux mœurs aux rangs et aux couleurs
Mais où va-t-on ? Mais que fait-on ?
D’accord d’accord, messieurs les présidents
y’a pas d’argent pour tous les gens
qui vous emmerdent un peu
à se sentir
presque chez eux
ici, où vit la liberté
Alors que faire ?
Pourquoi pas juste un truc du genre,
« Les femmes et les enfants d’abord »

3-On nous vante à crédit l’assurance que le choix
du cent pour cent pour soi nous sort du lot grandi
sans parler du racisme métissé de civisme
de religion, de mœurs de rang et de couleur
Mais où va-t-on ? Mais que fait-on ?
D’accord d’accord, messieurs les présidents
y’a pas d’argent pour tous les gens
qui vous emmerdent un peu
mais y’a de l’or
là, derrière vous
planqué, plaqué sur le décors
Alors que faire ?
Pourquoi pas juste un truc du genre,
« Les femmes et les enfants d’abord »