News - Evénements

Juin 2016 – Le pays de papier

Juin 2016 – Le pays de papier
HANNIET- Jour de sortie

Jour de sortie – A Taipei, on se protège du soleil par une ombrelle. Quand il pleut, elle sert aussi. Et elle sert également quand il faut promener son petit chien car, être adorable, ça se travaille.

Le débarquement des ballons ronds est pour demain. Cadrage serré sur les crampons pour tout juin. Les cornes de brumes vont s’égosiller. Les clochettes de muguet, elles, sont déjà sonnées. Depuis un mois, à petits feux, leurs vagues de mécontentement inondent le pavé. Elles sont le carburant quotidien des journaux. La ligne de défense à prendre est celle qui tricote l’abolition de l’architecture naturelle des lois. Comment des principes généraux – fruits démocratiques – pourraient-ils être surpassés par des accords personnels sans perdre leur sens? En avril, nous commémorions l’abolition de l’esclavage: une simple interdiction juridique en fait. Le dicton « En mai, fait ce qu’il te plaît » a donné des ailes aux idéalistes de tous poils. Si le contrat de travail peut se négocier de gré à gré, sachons-le, l’esclavage reviendra. Est-ce parce qu’il pleut qu’il faut garder la tête sous l’eau? Le débarquement n’était-il qu’une péripétie? Dans notre pays, où tout est disponible à profusion, une chose manque: le travail. Juste à cause du « coût » du travailleur. L’équation soulignée est que la valeur créée par le travailleur est inférieure à celle consommée lors de son travail. LOL. Si vous ne suivez pas, parlez-en aux cerisiers.


AGENDA

Dijon, Côté Cadres – 11 Bis Rue d’Auxonne – 03 80 36 48 17 – Exposition de petits formats
Barcelone, Galerie – Carré d’Artistes – Carrer Petritxol n°3 – 34 933 04 3636
Lyon, Vente aux enchère d’une encre  « Le corps musicien » au profit Kinsash’Act, le 3 juin 2016

Lyon, Marché de la création quai Romain Rolland Présent les dimanches 5, 12, 19 et 26 juin
Sainte Foy lès Lyon, Espace Jean-Salles – Exposition de l’atelier associatif, PASF du  20 au 26 juin


Le pays de papier – Marc HANNIET – 2009

Cette chanson est dédiée à JMF. J’ai travaillé plus de dix ans avec lui. De salariés nous sommes devenus « licenciés économiques ». Lui n’est plus là. Il a décidé de partir.

  1. L’histoire du pays de papier commence quand au bon ouvrier
    on dit si tu veux travailler repense complét’ment ton métier
    Prends ton cartable et tes cahiers retourne en classe vas-y, allez!
    Apprends surtout à calculer seuls ceux qui comptent sont bien payés (bis)
  2. L’argent se fait en écrivant des choses dans des ordinateurs
    sans ouvrier ni paysan la chose a ses admirateurs
    Dans l’air conditionné on trime pour des rapports photocopiés
    sans bien savoir à quoi s’arrime ce grand navire fait de papier (bis)
  3. L’origami des lois se plie au doigt et à l’oeil des puissants
    déguisés sous la panoplie du droit ils sont fiers et cassants
    Sûrs de n’avoir de comptes en fait qu’à rendre à leur docil’ argent
    leur vie est un conte de fêtes fait d’héritages et d’entregent (bis)
  4. Leurs voix légitiment l’envol d’un coup d’usines vers d’autres sols
    Les travailleurs qui crient au vol ! au loup ! très vite on les isole
    On leur dit : « Bien sûr que quitter la boîte où t’as tant travaillé
    c’est dur mais sain car c’est dicté par les grands sorciers du papier » (bis)
  5. Les gens du pays du papier n’ont plus l’impression d’exister
    Ils sont à peine leurs fiches de paie on tue en eux la dignité
    ils voient sous leurs doigts leurs métiers couler d’une vive blessure
    les bras tombent les têtes se fissurent copié-collé, pas de quartier (bis)
  6. Sans rien semer, on mange de tout, c’est bien, surtout pour la santé
    Sans fabriquer on voit partout des biens prêts à être achetés
    Noël c’est tous les jours ouvrés dans les vitrines achalandées
    l’ordre est donné de gaspiller protocole du papier glacé (bis)

Lien vers l’article complet – Juin 2016 – Le pays de papier